English

Témoignages

Contact

Liens

Newsletter (Inscription)

Virginie, janvier 2012

Je devrais commencer par parler de ma conception…

Pour évoquer la Trans-analyse, je devrais commencer par parler de ma conception, de ma naissance, de mon enfance, de mes parents, de ma famille et de la violence et donc décrire qui j’étais et comment je me sentais, avant.

J’ai pu exprimer tout cela après l’avoir respiré et inspiré, accompagné. Aujourd’hui, je n’ai rien oublié, mais je n’ai plus besoin de justifier mon passé. Je suis toujours émotions mais tellement souvent sentiments, je suis encore tristesse, très souvent relayée par la vraie joie. J’ai accepté à nouveau de ressentir mes souffrances pour pouvoir dans un premier temps, les voir, les entendre, puis les écouter, les comprendre et enfin les transformer. Je me sens toujours facilement touchée mais de moins en moins blessée ! La Trans-analyse n’est pas un « remède miracle ». C’est la porte à la co-naissance de soi qui m’a permis de laisser tomber mes illusions, mes protections, mes légendes, mes fantasmes, mon mal d’être et mal de vivre, pour m’approcher du cœur de mon moi immuable et de ne plus rester derrière la fenêtre à regarder les autres vivre leurs vies. Je prends enfin la responsabilité de mes pensées, ressentis, choix, et actes et surtout j’ai la capacité à être heureuse. Cela prend le temps qu’il faut. Il n’y a pas de course à la réussite, c’est juste un chemin au temps présent vers soi, à l’intérieur de soi pour pouvoir aller vers l’Autre. Je ne suis arrivée à aucun endroit précis, j’essaie de vivre avec le plus de conscience qu’il m’est possible d’avoir. La route est longue, mais je sais aujourd’hui que ce qui a été cassé en moi se répare. Je le souhaite du fond de mon cœur à tous et à toutes.

Découvrir la trans-analyse
Pratiquer la trans-analyse
Transmettre la trans-analyse
© 2014 - Trans-analyse, Ce que je joue de moi ne se joue plus de moi - Réalisation : www.welwel-multimedia.com - Contact | Mentions légales | Plan du site | RSS 2.0